2014Wien3.Panel

Vienne 2014

L’image de l’UE en France et en Autriche: attentes et réalités

Conférence bilatérale

Vienne, le 7 avril 2014

En vue des élections européennes de mai 2014, le Centre franco-autrichien a organisé une conférence bilatérale sur l’image de l’Union dans les opinions publiques. Cette conférence s’est tenue dans un contexte particulièrement important, compte tenu de la montée des populismes en Europe, de la fragilisation progressive des structures démocratiques mises à mal par la crise économique, des enjeux sociaux auxquels les partis favorables à l’intégration européenne peinent à répondre et des inquiétudes qui ne cessent de s’exprimer dans la population.

Cette conférence s’est attachée à présenter les perceptions de l’Union européenne dans les opinions publiques. La généralisation de l’euroscepticisme à travers le spectre politique est un facteur inquiétant, qu’il convient toutefois de nuancer. S’il débouche sur une critique constructive de l’Union européenne, de ses orientations politiques et de ses perspectives de développement institutionnel, alors l’euroscepticisme contribue au débat sur l’Europe. Par le dialogue qu’il suscite, il nourrit l’espace politique au-delà des frontières nationales et rapproche un peu plus l’Europe de l’intégration à laquelle elle aspire. Si l’euroscepticisme, par contre, se fixe comme objectif la déconstruction de l’Europe; qu’il ne s’ouvre pas au dialogue et au compromis; et qu’il prône le repli sur soi, alors il se fait l’expression d’un populisme mortifère, dont les conséquences ne peuvent être sous-estimées.

La conférence s’est ensuite attachée à étudier le rôle de l’euro dans la politique d’intégration. Pour de nombreux citoyens, la monnaie unique est devenue l’un des symboles de l’intégration européenne. Mais l’introduction de l’euro s’est accompagnée de restrictions importantes en matière de politique monétaire qui dans un contexte de crise font naturellement débat. Malgré cela, l’on peut toutefois noter que l’euro continue de séduire. En 2015, la Lituanie devrait rejoindre la zone euro.

La conférence, enfin, a permis un débat d’idées entre les représentants des principaux partis politiques autrichiens engagés dans le scrutin de mai 2014. Parmi eux figuraient Eugen FREUND, candidat tête de liste, parti social-démocrate d’Autriche SPÖ, Othmar KARAS, député européen, parti populaire autrichien ÖVP, Ulrike LUNACEK, députée européenne, Les Verts, Hans-Peter MARTIN, député européen, Liste Dr. Hans-Peter Martin, Angelika MLINAR, candidate tête de liste, NEOS et Harald VILIMSKY, candidat tête de liste, parti autrichien de la liberté FPÖ.

La conférence, organisée à la Banque nationale d’Autriche, a suscité un vif intérêt. Le public est venu en grand nombre, tout comme les média. Organisée en coopération avec l’Institut français des relations internationales, la Société autrichienne pour la politique étrangère et les Nations-Unies et la Société autrichienne pour la politique européenne, cette conférence a également reçu le soutien du journal autrichien DerStandard et du journal français L’Express.

Furent aussi conviés au débat Ewald NOWOTNY, gouverneur de la Banque nationale d’Autriche, Anton PELINKA, professeur à la Central European University, Philippe MOREAU DEFARGES, chercheur à l’Ifri, Sixtine BOUYGUES, directrice ‘Stratégie et communication corporate’ à la DG Communication, Bruno CAUTRÈS, chercheur au CEVIPOF-Sciences Po, Paul SCHMIDT, secrétaire général de la Société autrichienne de politique européenne, Dominique DAVID, directeur exécutif de Ifri, Olivier LOUIS, ancien Ministre conseiller pour les affaires commerciales, Eliane MOSSÉ, ancien conseiller financier au Ministère des Finances et conseiller Europe centrale et du Sud-Est à l’Ifri, Alexandra FÖDERL-SCHMID, rédactrice en chef, DER STANDARD.

 

Dieser Post ist auch verfügbar auf: Allemand

Posted in Conférence internationale @fr.